Littérature

« J'ai toujours écrit des romans et des nouvelles cependant, à la différence des pièces, j'ai mis longtemps à composer un texte que je jugeais publiable. Alors que le théâtre, paradoxalement, m’épanouissait en m'imposant ses contraintes, le roman m'offrait une liberté qui m'a longtemps effrayé, une liberté qui pouvait devenir licence. Pourquoi gribouiller 300 pages plutôt que 100 ? Jusqu'à quel point décrire ? Quel point de vue adopter ? Fort heureusement, les sujets de mes livres m'ont forcé la main : ils se sont imposés, m'ont obligé à les écouter, à rédiger leur histoire pendant de longs mois, à me mettre à leur service. Merci Pilate, merci Monsieur Ibrahim, merci Oscar. Quant à Adolf Hitler, désolé, même si j'apprécie vraiment La Part de l'Autre, le livre qu'il m'a inspiré, il n'est pas dans mes habitudes de le remercier... »

Eric-Emmanuel Schmitt