Mes Evangiles - La Nuit des oliviers

Résumé

Mes Evangiles (La Nuit des oliviers et L'Evangile selon Pilate)

Deux pièces consacrées au même mystère qui peuvent se jouer ensemble ou séparément. Toutes deux sont la réécriture pour la scène du roman L'évangile selon Pilate paru en 2004.

"Si j'ai appelé ces deux textes Mes Evangiles, c'est pour signifier que je n'y délivre aucune vérité, que j'y assène encore moins 'la vérité', historique ou théologique, seulement ma vision très subjective des choses… N'avons-nous pas, tous, à partir de tableaux, de musiques, de récits ou de films, réorganisé les évènements, soulignant ceci, omettant cela ? N'avons-nous pas, tous, croyants ou incroyants, fabriqué un cinquième évangile ? "

La Nuit des oliviers

Sur la colline de oliviers, quelques heures avant son arrestation, Jésus se demande comment il en est venu là ? Est-il bien le Messie ? Comment a-t-il fini par le croire ? Doit-il mourir pour cela ?

Un monologue poignant qui présente une histoire archi connue sous un angle original : c'est Jésus lui-même qui doute et s'interroge. L'Incarnation se trouve mise en question dans la bouche même de l'Incarné… Vertiges…

Critiques

Pariscope - « La Nuit des oliviers lumineux. »

"La Nuit des oliviers lumineux. La pièce d'Eric-Emmanuel Schmitt donne la parole à  un homme célèbre depuis deux mille ans. Toute la beauté de son texte dépasse la notion de croyance, Schmitt est un écrivain, rien de plus. (...) Il nous fait entendre le monologue émouvant d'un homme qui sait que demain il va mourir. (...) Devant la mort, il doute, de ce doute que nous rencontrons tous un jour. Il est avant tout un homme et c'est ce qui est remarquable.

Eric-Emmanuel Schmitt a eu raison de demander au même artiste de mettre en scène ses deux pièces. Christophe Lidon est doué pour diriger les comédiens, tirant d'eux le meilleur. Sa scénographie est poétique, s'appuyant sur le décor de Claude Lemaire et les lumières de Marie-Hélène Pinon. Pour faire entendre ce magnifique texte, il fallait un comédien d'une facture exceptionnelle.
Frédéric Quiring est une révélation. Son interprétation est une palette riche de sentiment et d'émotion. Il est touché par l'état de grâce. C'est admirable ! "

Marie-Céline Nivière

Métro - « Un homme parmi les hommes »

"Un homme parmi les hommes. Faire parler Jésus, c'est la pari fou, transgressif, lancé par Eric-Emmanuel Schmitt, l'auteur de Mes évangiles, d'où est extrait l'Evangile selon Pilate (actuellement au Théâtre Montparnasse, avec Jacques Weber), et La Nuit des oliviers. (...)
Cette Nuit des oliviers ne se base pas sur les écrits du Nouveau Testament. L'auteur, Eric-Emmanuel Schmitt, décrit la vie du fils de Marie, aîné d'une famille de plusieurs enfants, charpentier à  la mort de son père Joseph. Il ne connaît rien de sa destinée, mais, au fur et à  mesure qu'il se découvre, fait le pari de voir s'accomplir les Ecritures : la venue annoncée du Messie qui ressuscitera au troisième jour. (...)

C'est Frédéric Quiring qui porte le rôle de Jésus. Et il le fait avec une incroyable aisance, avec amusement lorsque Yechoua prend son rôle avec dérision, avec colère lorsqu'il ne saisit pas ce qui lui arrive, avec crainte lorsqu'il comprend où tout ceci le mène. L'acteur transmet toutes les émotions de la vie de son " personnage ". Le public, au-delà  des convictions religieuses, est séduit par cette prestation touchante, dans une mise en scène pure de Christophe Lidon. Il ne vient pas voir La Nuit des oliviers pour connaître la vérité. Mais pour découvrir une hypothèse sur l'existence terrestre du Christ, son exceptionnelle humanité, palpable grâce aux talents combinés d'Eric-Emmanuel Schmitt, de Christophe Lidon et de Frédéric Quiring."

Anne-Sophie Caucheteux

Le Journal du Dimanche - « Les soldats vont venir le chercher... »

"Les soldats vont venir le chercher. La croix est bientôt prête. Cette nuit est l'aboutissement d'un destin dont il revoit le commencement.

Pour incarner Jésus, Christophe Lidon a trouvé en Frédéric Quiring un interprète inspiré. Il est ce jeune homme aimant sa mère et la compagnie des femmes, qui aurait pu être menuisier comme son père. Celui qui doute et devient le Messie. Il porte magnifiquement le lyrisme d'Eric-Emmanuel Schmitt et nous fait croire à  cet homme-là  "

Annie Chénieux

Le Figaro - « Eric-Emmanuel Schmitt a le talent de faire du théâtre ... »

"Eric-Emmanuel Schmitt a le talent de faire du théâtre en s'inspirant des sujets les plus graves. (...) Il réfléchit à  Jésus, au christianisme. (...) Il a le don de la clarté. A un sujet difficile, riche en divergence, il répond par la simplicité.

Il choisit de placer Jésus, la veille de son arrestation, au Jardin des oliviers. Il n'en fait pas une figure saint-sulpicienne, mais un brave garçon qui doute. (...) Peu à  peu, il accepte ses dons, ses obligations et finit par jouer son rôle, accomplir son destin. C'est un point de vue qui ne manque pas de finesse, de drôlerie parfois, d'étrangeté car on n'a pas l'habitude de voir en scène un Jésus incertain, illuminé.

Dans la scénographie sobre de Claude Lemaire et les lumières délicates de Marie-Hélène Pinon, Frédéric Quiring est cet homme juvénile, touché par une sorte de candeur, éclairé de l'intérieur. Un jeune comédien ose jouer l'humanité de Jésus sous la direction attentive de Christophe Lidon."

Marion Thébaud

Impact Médecine - « Seul en scène Frédéric Quiring ... »

"Seul en scène Frédéric Quiring, incarne le fils de Marie avec une humanité et une sobriété à  la hauteur de la situation. Sans lyrisme ni déclamation, ce comédien offre au public une heure lumineuse et rayonnante."

Actualité Juive - « Eric-Emmanuel Schmitt a su saisir l'humanité de Yechoua »

"Eric-Emmanuel Schmitt a su saisir l'humanité de Yechoua, son courage comme ses incertitudes et en fait un personnage attachant, qui échappe a tout raisonnement humain et rationnel.

Pour incarner ce personnage, le comédien Frédéric Quiring tout en tension et en retenue, passionné en même temps que porteur d'une douceur habitée par la grâce, excelle dans ce rôle difficile et unique à  la fois. Chapeau à  l'auteur, au metteur en scène et au comédien."

Publications

  • En langue française, publié par Albin michel
  • En langue lituanienne, publié par Alma Littera
  • En langue polonaise Editions Znak, 2006
  • En langue perse