Variations Enigmatiques

Résumé

Qui aime-t-on quand on aime ? Sait-on jamais qui est l'être aimé ? L'amour partagé n'est-il qu'un heureux malentendu ?

Autour de ces éternels mystères du sentiment amoureux, deux hommes s'affrontent : Abel Znorko, prix Nobel de littérature qui vit loin des hommes sur une île perdue de la mer de Norvège où il ressasse sa passion pour une femme avec laquelle il a échangé une longue correspondance, et Erik Larsen, journaliste qui a pris prétexte d'une interview pour rencontrer l'écrivain.

Mais pour quel motif inavoué ? Quel est son lien secret avec cette femme dont Znorko se dit encore amoureux ? Et pourquoi un tel misanthrope a-t-il accepté de le recevoir ?

L'entrevue se transforme vite en un jeu de la vérité cruel et sinueux, rythmé par une cascade de révélations que chacun assène à l'autre au fil d'un suspense savamment distillé.

 

Achetez en exclusivité le dossier pédagogique préparé et rédigé par Catherine Marchasson.

Commentaires

« Mes personnages parlent beaucoup mais... »

Mes personnages parlent beaucoup mais ils disent rarement la vérité. Sinon, il n'y aurait pas de pièce… Une fois que mes personnages ont dit leur vérité, ils vont être contredit par la vie. Sinon, je ne signerais pas la pièce…Le conflit entre la pensée et la réalité, c'est peut-être l'unique sujet de mon théâtre. Il est aisé d'avoir des certitudes mais nécessaire de les perdre. On ne peut se protéger perpétuellement de la vie par son choix, ses croyances, son idéologie : toujours la vie surprend, dément, déconcerte, ajoute son épaisseur, impose ses mystères. Aucune position abstraite ne tient contre la vie. Aucune philosophie n'encadre ni ne résorbe la vie. Je suis un veuf de la vérité, mais un veuf joyeux. J'apprécie les mystères. Je comprends avec délice que l'existence est incompréhensible.Variations énigmatiques est sans doute la plus autobiographique de mes pièces.  Comme Znorko, j'ai connu la trahison, subi les longs mensonges, l'isolement puis trouvé le refuge dans l'écriture. Comme Larsen, j'ai connu l'amour simple, modeste, au jour le jour, qui accompagne l'aimée dans la maladie jusqu'à la mort. Comme eux deux, j'ai éprouvé -subi- ces jeux de masques, ces substitutions d'identités, cet amour qui ne concorde pas forcément avec les goûts sexuels, ce trouble, cette perte de soi qui permet, ultimement, de trouver plus que soi. J'ai emprunté souvent les labyrinthes affectifs de mes deux personnages.Mais je n'en dirai pas plus, les ressemblances s'arrêtent vite, la réalité ayant moins de tenue que la fiction : à la différence de Znorko, on m'a pas encore attribué le prix Nobel et je vis sur une île que je dois partager avec d'autres…Znorko et Larsen incarnent deux façons d'aimer. Znorko aime à distance, Larsen aime à proximité. Znorko est un romantique, Larsen un réaliste.Znorko, très sensuel, trop sensuel, se méfie de la sexualité comme forme d'attachement à autrui. Il sait que la sexualité est une fièvre brève, versatile, inconséquente. Il connaît la fondamentale impuissance du sexe en amour. Il a donc voulu spiritualiser son amour pour Hélène, le fortifier par la distance et l'abandon des étreintes. Il a imposé la séparation des corps et vit sa passion dans un échange épistolaire quotidien. Cet écrivain a rendu sa liaison littéraire. Contrairement à ce qu'il fait croire au début de l'entretien, il a une très haute idée de l'amour. Il a même été capable de sacrifier la chair et la présence de l'être aimé à cette haute idée.Larsen, en revanche, n'a pas d'idée préconçue sur l'amour, il se laisse porter par lui. En épousant Hélène, il a consenti à tout : au quotidien, à l'habitude, à ses limites, à la maladie, à l'agonie, à la mort, et, après l'enterrement, il a même consenti à la trahison. Il accepte l'autre amour d'Hélène. Il accepte même de perdre son sexe. Ce personnage, qui a l'air gris, banal et timide, est en fait un véritable aventurier de l'amour. Il accepte que sa vie soit envahie, transformée par lui.Qui a raison ? Aucun des deux : c'est le propre de la comédie. Tous les deux : c'est le propre de la tragédie. Znorko et Larsen incarnent nos tensions contradictoires. Ils ont tellement radicalisé leur position qu'ils souffrent, frôlent la névrose. Aucun ne peut se satisfaire de son excès : Znorko, au début de la pièce, crève de solitude ; Larsen, à la fin de la pièce a besoin que la correspondance continue.Depuis des années, j'ai reçu des centaines de lettres me posant toute la même question : que se passe -t-il après la dernière réplique ?Ma réponse n'a jamais variée :- je n'en sais rien sinon j'aurai continué la pièce.- j'ai écrit la pièce pour qu'on se pose précisément cette question et que je n'y réponde pas.Qu'arrivera-t-il ? Les deux hommes vont-ils s'écrire sous le masque d'Hélène ? Sans elle ? Vont-ils se voir ? Se revoir ? Jusqu'à quel point admettront-ils qu'il y a de l'amour entre eux ?Je crois qu'une pièce ne se limite pas au plaisir et au temps de sa représentation, elle doit déranger, lester le spectateur de questions, des questions sur elle et sur lui-même.Souvent des spectateurs m'ont raconté la suite de Variations Enigmatiques : en fait, ils ne racontaient pas la pièce, ils se racontaient eux-même. Ils me donnaient leur vibration d'humain à cette étrange histoire d'amour. Et cela seul était mon but.Malvern, Angleterre, le 12 mai 2000Eric-Emmanuel-Schmitt  

Critiques

L'Express - « Variations Enigmatiques »

Le coup de coeur !Il est des pièces d'amour comme il y a des romans d'amour. Eric-Emmanuel Schmitt en a composé une, fort belle, avec Variations énigmatiques. Inspirée d'une oeuvre musicale de l'Anglais Edward Elgar, elle s'enroule comme cette partition éponyme autour d'une mélodie avec Variations énigmatiques.Infiniment recommencée - l'amour - et décline toutes les réponses possibles à  son initiale question : qui aime-t-on quand on aime ?Schmitt a écrit une pièce simple, bouleversante et spirituelle, une pièce à  ressorts, efficace et surprenante. Un faux journaliste vient questionner un écrivain sur sa dernière oeuvre, un recueil épistolaire. Pendant deux heures, ils ne parlent que d'amour, entre affrontements et aveux. Francis Huster - le journaliste - cultive une sobriété qui lui réussit et une douceur touchante. Alain Delon - l'écrivain ermite - se joue de ses propres maladresses, développe une étonnante présence en scène et offre une formidable dernière demi-heure, quand le misanthrope plastronnant s'effondre, se liquéfie dans le chagrin et l'humanité. Christophe Barbier

Le Figaro - « Variations Enigmatiques »

La nouvelle pièce d'Eric-Emmanuel Schmitt alterne la noblesse et la dureté dans les sentiments, l'élégie et le duel, l'ivresse de la joute,le mystère de l'amour, si différent de la passion, avec des pointes de lyrisme, des têtes-à -queue cyniques, des coups de théâtres. Frédéric Ferney

Le Monde - « Variations Enigmatiques »

Avec le talent d'un Dickson Carr ou des dramaturges anglo-saxons de l'après guerre, Eric-Emmanuel Schmitt mène son récit malignement. (...)Trois destinées se croisent ici, celles des protagonistes et celle d'une femme absente, qui sont l'occasion d'une chirurgie efficace du sentiment amoureux, de son cortège de souffrances et de lâchetés, de plaisirs et de frustrations.Voilà  longtemps dans le théâtre Français que l'on n'avait pas usé du masque, qui pourtant a marqué son âge d'or. Duo d'acteurs prestigieux, texte ambitieux. Olivier Schmitt

Le Point - « Variations Enigmatiques »

Quelle maîtrise de la progression dramatique, quelle force et subtilité dans l'opposition des caractères, quelle élégance dans la parabole musicale qui donne une clé de la pièce! Le tohu-bohu qui entoure Variations Enigmatiques a le mérite de remplir la salle, mais l'inconvénient de détourner l'attention du véritable sens de l'événement : la consécration d'un jeune auteur dramatique français. Pierre Billard

Le Soir - « Variations Enigmatiques »

Le texte est excellent. Suspense, amour, création. Il jongle avec les idées, les caractères, les grandeurs et misères du vivre. (...) Le côté ludique, cette façon de dérider la philosophie dans des dialogues comiques font que le théâtre d'Eric-Emmanuel Schmitt est très plaisant à  lire. Des pièces irréprochables dans le mécanisme de pensée qu'ils mettent à  jour.Des réponses évidentes à  toutes les questions. Eric-Emmanuel Schmitt est brillant et rieur. Pascale Haubruge

Elle - « Variations Enigmatiques »

Une histoire bien étrange que celle qui se déroule sous nos yeux. Aussi mystérieuse et inédite que le décor brumeux de Nicolas Sire avant le lever de rideau : un ciel voilé, une eau glauque parsemée de rochers.Verticalité et horizontalité perturbées chacune son tour, prémices d'une intrigue compliquée.Tout comme la musique d'Edward Elgard,tellement simple et belle à  la première écoute, qui se révèle lancinante, saccadée et tellement complexe à  la fin. Véritable refrain scandant le malheur à  la fois d'Abel Znorko (Alain Delon) et d'Erick Larsen (Françis Huster).De quoi s'agit-il ? De la rencontre, il est vrai de deux monstres sacrés dans le civil, mais aussi de deux personnages de fiction au caractère très fort. L'un est écrivain, vient de sortir son douzième livre, s'est toujours obstiné à  refuser toute interview " je déteste les journalistes et ne converse qu'avec moi-même" " Vingt-cinq ans de malentendus avec la critique, c'est une belle carrière, non ? "; l'autre est journaliste, décidé, semble-t-il, à  tirer les vers du nez de "l'ogre", surnom donné à  l'écrivain. Vivant reclus sur son île norvégienne, depuis quelques années, Abel Znorko est une bête et ne fonctionne, manifestement, qu'à  l'instinct. Il respire au rythme des mouettes, se nourrit de viandes de légumes et des femmes qu'on lui apportent.Et, surtout s'enlise dans le plaisir. D'où une tirade dithyrambique de Delon sur l'historique de l'amour, pure invention de l'homme social, lié à  l'idée de durée; à  la différence du plaisir, lié, lui, à  l'instant. Un rapport au temps qui en dit long sur la suite des événement : le pseudo-journaliste est plus qu'un imposteur, c'est le mari de la femme à  laquelle le livre est dédié.Vous me suivez ? Erick Larsen est venu régler son compte à  Abel Znorko, l'amant de sa femme qui avouera : "Elle m'aimait tellement qu'elle me faisait m'aimer" ; "Pour que notre amour se fortifie, j'ai imposé la séparation." ßa fait mal, non ? D'autant plus mal que, ne pensant plus qu'à  elle ("Ce furent cinq mois d'étreintes"), il ne pouvait plus écrire. "Vous l'avez sacrifiée à  votre oeuvre", lui rétorque Erick Larsen. Et après ? je vous laisse le découvrir. Retenez simplement : "On a besoin de mensonges pour donner de la vie aux morts".Une pièce forte. Huster et Delon, couple digne de "la belle et la bête", amoureux de la même personne, blessés par leurs désillusions, nous livrent un match de boxe de première catégorie arbitré par Bernard Murat.Quant à  Eric-Emmanuel Schmitt ; ne pas lui rendre grâce serait profondément mesquin.Une visite à  Marigny s'impose... Françoise Delbecq

Lire - « Les 30 livres qui ont marqués nos 30 ans »

LIRE Nov 2005 1975-2005 Les 30 Livres qui ont marqué nos 30 ans.De 1975 à 2005, voici les 30 livres qui on fait date ! Certains ont une descendance. D’autres ont soulevé des objections et fait la matière de nouveaux ouvrages. D’autres encore demeurent sans héritiers, tels des mégalithes isolés en plein champ. Mais tous sont des monuments de l’édition française de ces trente dernières années. Mieux : le reflet de la manière dont on pensa, écrivit, lut- et parfois polémiqua- en France au cours de ces trois décennies. 1996 Variations énigmatiques par Eric-Emmanuel SchmittAlcibiade estimait qu’il suffisait d’être assis auprès de Socrate pour mériter le titre de philosophe. Au milieu des années 1990, certains cafés remplirent d’amis de la sagesse, qui pensaient retrouver sur la moleskine grenat des banquettes l’effervescence de Saint Germain-des-Prés. C’était la vogue des cafés-philo. Pourquoi pas ? Il n’y a pas d’endroits privilégiés pour commencer de s’interroger. L’on peut vouloir faire table rase de ses préjugés en y posant une tasse de café ou trouver préférable d’aller au théâtre. Les dialogues y ont généralement plus de tenue. Tous ceux qui, dans ces mêmes années, en 1996 précisément, ont vu la pièce d’Eric-Emmanuel Schmitt, Variations énigmatiques, ou qui l’ont lue, ont découvert un auteur qui renouait brillamment avec une tradition bien française. Philosophe de formation, spécialiste de Diderot, l’homme est avant tout écrivain et excellent dramaturge. A peine a-t-on ouvert le livre ou le rideau s’est levé que la pièce part comme un coup de fusil. La progression dramatique de cette étrange histoire, où l’improbable le dispute à l’invraisemblable, ne laisse aucun répit au lecteur/ spectateur. IL sera tenu en haleine jusqu’au dernier mot : « Je…je vous écrirais. » Comme dans les Variations du compositeur Edward Elgar auxquelles la pièce emprunte son titre, ce mot n’est celui d’aucune fin. Il est, dans la bouche d’ Abel Znorko, ce personnage misanthrope, Prix Nobel de littérature, qui reçoit chez lui un journaliste venu l’ interviewer, l’ expression hésitante de son inavouable désir de voir son histoire, leur histoire, ne jamais s’arrêter ! Etrange histoire, à la frontière du réel et de l’imaginaire : éprouvée par la violence des répliques cinglantes, habitée par la joie secrète d’une interrogation libératrice, elles s’est, en un mot, transformée en conscience. C’est tout l’art du théâtre d’ Eric-Emmanuel Schmitt ; ce qui en fait l’attrait et la nécessité. « Il est aisé d’avoir des certitudes mais nécessaire de les perdre. » A ceux qui aiment pousser la porte du théâtre, voici la sagesse dont cet auteur nous propose de devenir des amis.Jérôme Serri

Publications

  • En langue anglaise (UK), édité par Dramatists Play Service Inc en 2003, traduction Jeremy Sams: Enigma Varations
  • En langue bulgare, publié par Lege Artis
  • En langue estonienne par l'Institut Scientifique Français
  • En langue galicienne, publié par Rinoceronte
  • En langue Italienne, éditions Costa et Nolan
  • En langue perse
  • En langue Portugaise (Brésil), éditions Francisco Alves
  • En langue norvégienne, Editions Lanser Forlag
  • En langue roumaine, paru chez Cartea Romaneasca en 1998, traduit par Paola Bentz-Fauci:Variatiuni Enigmatice
  • En langue serbe, paru chez Iskonscena en 2001, traduit par Mala scena: Enigmatske varijacije

Au théâtre

  • Allemagne: Enigma
    Traduction : Anne et Paul Bäcker
    Munich, Metropoltheater, 2009
    Münster, Wolgang Borchert Theater, 2009
    Hamburg, Thalia Theatre, oct1997 ainsi qu'en 98/99
    Essen, Schauspiel, oct1997
    Trier, Stadttheater, 97/98
    Nürnberg, Städtische Bühnen, 97/98
    Konzertdirektion Landgraf , 98/99 et 99/00
    Erfurt, Theater der Stadt, 98/99
    Konstanz, Stadttheater, 98/99
    Lübeck, Theater Combinale, 98/99
    Würzburg, Stadttheater, 98/99
    Köln, Theater im Bauturm, Jan 1999
    Berlin, Theater am Kurfürstendamm, 00/01
    Neuwied, Landesbühne Rheinland-Pfalz, 99/00
    Bonn-Bad Godesberg, Kleines Theater im Park, 00/01
    Aachen, 99/00
    Neuwied, 99/00
    Celle, 99/00
    Heidelberg, 99/00
    Pforzheim, 99/00
    Bonn 00/01
    Berlin, Renaissance Theater, 2005
    Dortmund, Theater Dortmund, 2005
    Landshut, Südostbayer. Städtetheater, 2005
    Leverkusen, Studiobühne, 2005
    Radebeul, Landesbühnen Sachsen, 2005
    Ulm, Theaterei Herrligen
    Duisburg, Theater, 2009/2010
    Winterthur, Kellertheater, 2009/2010
    Postdam, T-Werk e.V., 2009/2010
  • Argentine
    Buenos Aires, Teatro Broadway II, 96/99
  • Autriche: Enigma
    Traduction : Anne et Paul Bäcker
    Linz, 1997/98
    Salzburg, Theater (Off)ensive, 2009/2010
    Wien, Burgtheater, 01/02
    Wien, Volkstheater, 2005
  • Belgique francophone
    Bruxelles, Théâtre le Public, 00/01
  • Belgique néerlandophone
    Antwerpen, Theater aan de Stroom, 2010
  • Bosnie
    Traduction: Stanica Lazarevic
    Banja Luka, oo
    Sarajevo, T. Kamerny 55, 06/07
  • Brésil
    Traduction : Paulo Autran
    Sao Paolo, Mars 2000
  • Bulgarie:
    Traduction : Snéjina Roussinova-Zdravkova
    Sofia, Théâtre National Ivan Vazov, 98-04
    Théâtre Bourgas
    Théâtre Roussé
    Théâtre Gabrovo
  • Canada anglophone: Enigma Variations
    Toronto, février 2000
  • Canada francophone
    Montreal, Th du Nouveau Monde, 01
  • Chili
    Circus 04
  • Croatie
    Zagreb, Théâtre Mala Scena de Zagreb, 2001
  • Danemark
    Copenhaguen, Teatret Ved Sorte
    Svalegangen, Théâtre d’Aarhus, 2003
  • Espagne
    en tournée, 99/00
    Madrid, Alcalà Palace I, February 2004
    Barcelone- Teatro Villaroel Jan 2008
  • Estonie: Enigma Variatsioonid
    Traduction: Margus Alver
    Th Ugala Vijandi, 01/02
  • Etats-Unis: Enigma variations
    Los Angeles, Mark Taper Forum, May 1999
  • Finlande: Arvoituksellisia Muunnelmia
    Traduction Leo Kontula
    Lahti, Théâtre municipal, septembre 1997
    Tempere, Théâtre municipal
    Helsinki, Théâtre municipal, février 1998
    Rovaniemi, th municipal, 00
    Jyväskylä, th municipal, avril 07
    Théâtre municipal de Joensuun Mars 08
  • France
    Paris, Théâtre Marigny, 96/97 avec Alain Delon et Francis Huster
    reprise en 97/98 avec Alain Delon et Stephane Freiss
    Languedoc-Roussillon, Provence-Côte d’Azur, Compagnie des tréteaux de Peyne, 2005
    Savoie et Haute Savoie, Compagnie Les deux coups, 02/03, 2004
  • Grèce
    Athènes, Théâtre Gloria, novembre 1997
  • Hongrie: Rejtelmes Viszonyok
    Traduction: Károly Makk
    Théâtre JÁTÉKSZÍN
  • Islande: Abel Snorko Byr Einn
    Traduction : Kristjian Thordur Hrafnsson
    Théâtre National d'Islande(PJODLEIKHUSID), nov 1998
  • Israël
    Tel Aviv, Theatre Beit Leissi, 00/01
  • Italie: Variazioni Enigmatiche
    Traduction Luca Barcellona
    Rome, Th Quirino, oct 2000 + tournée nationale
    Picolo Teatro, carambolage, octobre 2005
    Naples, fév 06
  • Japon
    Traduction: Kei Takahashi
    Noto Peninsula, sept 1998
    Tokyo, Théâtre Sunshine + Théâtre Oriental Shin-Kobe, 1998
    Tokyo, Th Sunshine + tournée nationale 04
  • Lettonie
    Riga, Russian Theater, Summer 1999
    Riga, Liepaja Th 05/07
  • Liban
    Beyrouth, Th Al Madina, 2005
  • Norvège: Enigma Variasjoner
    Oslo, Nye Th,
  • Pays-Bas
    Leyden, 1999
    Utrecht, 2011
  • Pologne : Wariacje enigmatyczne
    Traduction Barbara Grzegorzewska
    Kraków, Stary Theater, 2001, 04/07
    Koszalin, Ba?tycki Theater Dramatyczny im. Juliusza S?owackiego, 01/07
    Bia?ystok Theater Dramatyczny im. W?gierki, 2002, 2006
    Szczecin, Theater Polski, 2004/06, 2006/08
    Zakopane, th im Witkiewicza, 99/02
    Gdansk, Th Wieza, 99/01
    Varsovie, Th Ochoty, 07/10
  • Portugal
    Traduction : Paulo Autran
    Lisbone, Teatro Sao Luis, 2002
    Teatro de Campo Alegre , Cie Seiva Trupe, 2003, 2004-2005
    Lisbonne, Companhia Seiva Troupe, 04/05
  • Roumanie
    Traduction: Paola Bentz
    Bucarest, Teatrul Nottara, 98/99
    Brasov, Teatrul Sica Alexandrescu, 03/05
    Targu Mures, Teatrul National, 04/06
  • Royaume-Uni : Enigma variations
    Londres, Savoie Theater, Malvern Festival, May 1999
  • Russie:
    Traduction : Hélène et André Naoumov
    Moscou, Théâtre Mayakovsky, octobre 1999
    Théâtre Vakhtangov, 1999/07
    Samara, th Gorky, 02/04, 04/07
    Saint-Petersbourg, th BDT, 00/02
  • Serbie: Zagonetne Varijacije
    Traduction : Stanica Lazarevic
    Belgrade, Théâtre National, May 1998/01
    Banja Luka, th national de la république, 00/01
  • Slovaquie
    Presov, Théâtre de Targu-Mures, 2003
  • Slovénie
    Ljubljana, City th, 02
  • Suède
    Boras, Swedish Civic Theatre, 04 + tournée
  • Suisse alémanique
    Traduction : Anne and Paul Bäcker
    Winterthur, Kellertheater, 98/9
    Bern, Théâtre in der Effingerstraße, 98/99
    Basler Ensemble, 99/00
  • Suisse francophone
    Genève, Théâtre Para-Surbeck, Compagnie les deux Coups, 2003
  • Turquie
    Traduction: Serap Babür
    Istanbul, Théâtre Kenter Tiyatrosu, février 1998
  • Ukraine
    Kiev, Th Art Studio Suzirja, 05/07